Empoisonner ou instruire ses enfants? Un choix pas si évident…

À l’ère de la civilisation nous vivons maintes contradictions. Parmi celles-ci, une, touche particulièrement notre communauté.

Celle de faire passer la nutrition du corps avant celle de l’esprit.

 

يَا خَادِمَ الجِسْمِ كَمْ تَشْقَى بِخِدْمَتِهِ     أَتَطلُبُ الرِّبْـحَ فِيمَا فِيهِ خُسْـرَانُ

أَقْبِلْ عَلَى النَّفْسِ وَاسْتَكْمِلْ فَضَائِلَهَا   فَأَنْتَ بِالنَّفْسِ لا بِالجِسْمِ إِنْسَـانُ

 

Ô toi le serviteur de son corps, comme est grand ton labeur pour le servir

Recherches-tu un bénéfice dans ce qui ne t’apporte que la perte ?

Tourne-toi plutôt vers ton âme et parfais ses qualités

Car c’est ton âme et non ton corps qui fait de toi un homme

Il nous est parfois difficile d’acheter un livre pour instruire notre enfant alors qu’on n’hésite pas à l’emmener dans les fast-foods pour lui faire ingurgiter des choses souvent mauvaises pour sa santé.

On trouve facilement un livre trop cher sachant que sa durée de vie peut être plus longue que la nôtre alors que nous avons aucun mal à dépenser des sommes importantes dans les confiseries, boissons gazeuses et autres poisons qui au mieux n’apportent rien à nos enfants.

Pour nous rendre compte de l’ampleur de ce phénomène posons ces deux questions puis comparons : Combien avons-nous investi dans l’éducation de nos enfants ? Combien avons-nous investi dans l’estomac de nos enfants ?

Malheureusement la réponse pourrait nous laisser penser que nous avons plus un rôle d’éleveur de bovins que d’éducateur.

Le calcul est simple, lorsque des milliers d’euros sont nécessaires chaque année pour remplir notre réfrigérateur, nos bibliothèques, elles, ne peuvent jouir d’un tel privilège.

Nos foyers sont en pénurie de la nourriture du cœur. Pour certains même, ils ont toujours connu la famine.

Comment, dans ces conditions voir émerger les réformateurs, les intellectuels, et les savants de demain? Comment espérer que la communauté du savoir se relève alors qu’elle a tourné le dos au savoir ?

Cette négligence du savoir et de l’importance qu’il occupe dans la vie du croyant est une calamité qui se transmet aux générations futures.

Parole de l’imam Ahmed : “le savoir est plus important que la nourriture, car la nourriture n’est utile qu’une à deux fois par jour, alors qu’on ne peut se passer du savoir ne serait-ce qu’un seul instant.”

Ce constat est simple et évident, mais ce qui nous intéresse, c’est plutôt le moyen d’en sortir.

 

     Réformer l’école? Oui, mais laquelle? 

 

Comme le veut la nature humaine, à chaque problème il faut trouver un responsable. Pour beaucoup le problème réside dans l’école. De nos jours, nombreux sont les débats autour de la réforme de l’école contemporaine qui répondaient aux besoins au début du siècle dernier, mais qui n’est plus adapté à notre époque.

Ce type de débat est nécessaire, car l’école a besoin d’être réformée en profondeur et a sûrement sa part de responsabilité dans nos problèmes éducatifs.

Cependant un débat est laissé de côté, et il s’agit sûrement du facteur principal de l’échec de beaucoup de nos enfants. Celui du rôle du foyer familial qui est la première école de l’enfant. L’enfant y passe ses premières années, il découvre, apprend, enregistre puis reproduit.

Pour certains enfants, cette période qui est censée être la plus riche, la plus marquante de sa vie, ressemble plus à une traversée du désert. Il n’y trouve rien pour s’enrichir. À 6 ans, ils n’ont aucun centre d’intérêts, ne parviennent pas à tenir une discussion, mais préfèrent très souvent rester collés à un écran.

Ils ne sont en rien responsables car nous les avons conditionnés à devenir comme cela. Sommes-nous incapables d’assumer nos enfants et de répondre à leur soif d’apprendre et de comprendre ou est-ce plutôt de la négligence ?

Dans de précédents articles nous avions donné des repères pour débuter la transmission du savoir à nos enfants ainsi que pour construire un foyer dans lequel l’enfant pourra s’épanouir.

Du niveau du foyer dépendra le niveau de l’enfant.

Aujourd’hui les foyers sont disloqués. La sous-traitance a pris le dessus sur nous. On ne cuisine plus, on ne marche plus, on ne réfléchit plus, on ne bouge plus … Tout doit être monétisable. À tel point que même l’éducation de nos propres enfants a été sacrifié sur l’autel de la modernité et du progrès. Les parents sont trop occupés. Ils n’ont plus de temps à accorder à leurs enfants. Crèche, télé, écrans ont pris la place du parent.

C’est sûrement durant cette période cruciale de son enfance que les bases d’une réussite scolaire ou les causes d’un échec se trouvent.

Vous l’avez compris à quoi bon réformer l’école si nos enfants ne sont pas préparés en amont à l’intégrer? Il est facile de jeter la pierre sur l’école, mais certains enfants, parce que délaissés depuis leur plus jeune âge par l’école de la famille, se trouveraient en échec même dans les meilleurs établissements et face aux meilleurs des professeurs.

À nous de prendre conscience et d’être responsables. Faire des enfants est une lourde responsabilité. Il faut être en mesure de les assumer et de leur donner la meilleure éducation possible. Et ici je ne parle pas de capacités matérielles mais je vise exclusivement leurs besoins spirituels et intellectuels.

Que voulons-nous pour nos enfants ? Voulons-nous réitérer les erreurs que nous avons nous-même subies ? Ou voulons-nous voir cette nouvelle génération briller et relever la tête de la communauté ?

La réponse est évidente, mais croyez-moi ce n’est pas avec des consommateurs formés au caprice depuis le plus jeune âge que cette Oumma se relèvera.

L’imam Malik a dit : “Seul ce qui a réformé les premières générations de cette communauté pourra réformer les dernières.”

Le Prophète (ﷺ) a dit : « La droiture de la première génération de cette communauté est dû à leur délaissement de ce bas monde et à leur certitude dans l’au-delà. La perte des dernières générations sera dû à leur avarice et aux espoirs qu’ils placeront dans ce bas monde ».

Aujourd’hui, nous sommes avares de notre temps avec nos enfants. Nous sommes pris dans la course aux richesses au point de faire passer nos projets professionnels avant notre rôle de parent. Nous sommes devenus des experts pour justifier notre négligence à leur égard, en prétextant vouloir les mettre à l’abri financièrement et que cette période ne durera qu’un temps. Ton enfant n’a pas besoin de ton argent, il a besoin de toi, de ton temps …

Ô toi qui aspire à accomplir maints projets, existe-t-il de meilleur projet pour le croyant que l’éducation d’un enfant pieux ?

Sache alors qu’il n’y a pas de solution miracle. Celui qui pense pouvoir éduquer ses enfants sans sacrifice se ment à lui-même. Le mode de vie contemporain te pousse à négliger ton enfant pour le confier à autrui qui se fera un plaisir de l’éduquer à sa guise. A toi d’être intelligent et de faire les bons choix avant qu’il ne te reste que tes yeux pour pleurer de regret.

لَيْسَ اليَتِيمُ مَنِ انْتَهَى أَبَوَاهُ مِنْ                 هَمِّ الحَيَاةِ وَخَلَّفَاهُ ذَلِيلًا

​إِنَّ اليَتِيمَ هُوَ الَّذِي تَلْقَى لَهُ                  أُمًّا تَخَلَّتْ أَوْ أَبًا مَشْغُو

L’orphelin n’est pas celui dont les parents       Ont quitté ce monde et l’ont laissé humilié

L’orphelin est plutôt celui qui est entouré        D’une mère négligente ou d’un père occupé

Qu’Allah nous assiste et nous donne l’ambition d’éduquer les réformateurs de demain ! Amin !

Mohamed Abou Ibrahim

i

Blog

 

Découvrez nos articles

Empoisonner ou instruire ses enfants? Un choix pas si évident…

Empoisonner ou instruire ses enfants? Un choix pas si évident…

Aujourd’hui les foyers sont disloqués. La sous-traitance a pris le dessus sur nous. On ne cuisine plus, on ne marche plus, on ne réfléchit plus, on ne bouge plus … Tout doit être monétisable. À tel point que même l’éducation de nos propres enfants a été sacrifié sur l’hôtel de la modernité. Le progrès, oui, mais à quel prix?

7 Jeux gratuits à faire en famille!

7 Jeux gratuits à faire en famille!

Avec un enfant, il faut savoir être un enfant et jouer avec lui en s’adaptant à SON monde. Non seulement cela développe la complicité entre le parent et l’enfant, mais cela peut aussi s’avérer efficace pour l’attirer vers des choses intéressantes et utiles pour lui.  Découvre ici 7 jeux gratuits pour apprendre l’arabe tout en s’amusant.

Des livres pour s’enrichir: Nos meilleurs titres

Des livres pour s’enrichir: Nos meilleurs titres

Des livres pour s'enrichir Dans cet article : « Comment faire de mon enfant un mangeur de livres » nous vous exposions les avantages que l’on tire d’une lecture régulière faites à nos enfants. Nous vous partagions aussi quelques astuces incontournables pour la leur...

Le Coran? Trop dur pour mon enfant

Le Coran? Trop dur pour mon enfant

Le Coran? Trop dur pour mon enfant…                         2 points simples à se remémorer pour les jours ou tu désespères de voir ton enfant mémoriser le Coran... Quand je vous ai demandé en story Insta si...

Lettre à Abi…

Lettre à Abi…

Lettre à Abi… Assalam alaikoum mon Abi chéri,   Aujourd'hui je t'écris pour t’exprimer toute ma reconnaissance.   Car en ta compagnie, j’ai passé d’excellentes vacances.   Ensemble, nous avons voyagé, nous nous sommes amusés, et j'ai appris plein de...

FAMILLES qui nous font confiance

pabi kids

Articles

Darsanimés

Restons en contact

Suivez-nous

FAMILLES qui nous font confiance

pabi kids

Articles

Darsanimés

Restons en contact !

 

Suivez-nous

FAMILLES qui nous font confiance

pabi kids

Articles

Darsanimés

Restons en contact !

 

Suivez-nous

FAMILLES qui nous font confiance

Articles

pabi kids

Darsanimés

Restons en contact !

 

Suivez-nous

Partages