autour du coran

Rencontre avec un jeune…pas comme les autres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai l’honneur (moi Mohamed) de connaître le jeune Ahmed, ayant mémorisé le Coran en France à l’âge de 10 ans. Il m’est paru pertinent de l’interviewer afin de profiter de son expérience, pour pourquoi pas reproduire cela sur nos enfants.

Cette interview fait suite à un article que nous avons rédigé il y a peu intitulé ” Le Coran trop dur pour mon enfant ” ou l’on vous partageait quelques belles astuces pour faciliter cet apprentissage et motiver votre enfant ( et vous-même ^^) .

 

L’objectif de cette interview est :

1) Premièrement : De briser les idées reçues ou fausses croyances de la plupart des parents voulant donner une éducation islamique à leur enfant.

2) Deuxièmement : Les motiver à vouloir en faire autant avec leur enfant, en se fixant des objectifs élevés mais réalisables et en se donnant les moyens d’y parvenir.

 

 

1) Assalam ‘alaikoum. Ahmed comment vas-tu ?

‘Alaikoum assalam, Ca va très bien al hamdulillah, j’espère que tu vas bien aussi.

 

 

2) Peux-tu te présenter succinctement à nos lecteurs ? (âge, études, parcours scolaire)

J’ai 18 ans, je suis actuellement en 1ère année de licence de mathématiques. J’ai eu une scolarité “classique” à l’issue de laquelle j’ai eu un bac S. Mon père qui est professeur, me suivait de très près durant mes études, du primaire au lycée.

 

 

3) Si je viens à ta rencontre aujourd’hui, c’est pour une particularité qui te distingue de la très grande majorité des jeunes musulmans de ton âge. Cette particularité c’est qu’Allah t’a permis d’apprendre le Coran en entier à l’âge de 10 ans ?  Peux-tu nous en dire plus ? Comment a débuté ton aventure avec le Livre d’Allah ?

Mon “aventure” a débuté de manière assez spéciale. Mes parents ont toujours essayé de bien faire les choses concernant la religion. Ils prient, ils jeûnent … mais quand nous étions petits, ils n’ont pas eu le déclic de se dire, on va leur apprendre le Coran.

Mon père aimait beaucoup la sourate Ar-Rahman. Il l’aime toujours autant d’ailleurs. Un jour, alors que j’avais 5-6 ans, je jouais à côté de lui pendant qu’il la récitait. Il s’est arrêté pour faire autre chose, et je me suis mis à la réciter en entier alors que je l’avais entendue que quelques fois seulement.

Il était tellement étonné, de voir qu’un enfant pouvait assimiler aussi rapidement une sourate, qu’il a commencé à réfléchir au fait de nous faire débuter l’apprentissage pour moi et ma grande sœur.
Au début, ce n’était pas vraiment sérieux. Il nous a acheté une tirelire chacun, et à chaque sourate apprise, on avait un billet, et plus la sourate était grande, plus le billet était gros.
On a débuté de Juzz ‘Amma en montant vers sourate Al Baqara.

 

Commentaires :

L’Amour de ce père pour le Coran s’est transmis naturellement à son enfant. Aimons-nous le Coran? Nos enfants ressentent-ils que nous l’aimons ? Nous entendent-ils le réciter fréquemment ? Si on leur pose la question : “Qu’est-ce qu’aiment tes parents ?” répondraient-ils instinctivement : “Le Coran !”. Connaissent-ils notre sourate préférée ? 

On comprend donc que notre Amour pour le Livre d’Allah a un impact direct sur l’Amour que lui porterons nos enfants.

 

 

5) A quel âge as-tu appris à lire le Coran ?

On écoutait sur l’ordinateur et on suivait sur le Coran devant nous. C’est ainsi qu’on a appris à lire. On ne savait pas vraiment lire avant de commencer à apprendre. En parallèle, mes parents nous ont inscrits au cours d’arabe le week-end, mes deux sœurs et moi-même.

Mon père faisait les allers-retours plusieurs fois dans la journée durant les week-ends, et ma mère nous aidait à la maison à assimiler la langue arabe. Ils se partageaient les tâches.

 

Commentaires :

Chaque parent à un rôle à jouer. Il est donc primordial et déterminant que les 2 parents soient impliqués et tirent dans le même sens.

 

 

6) A quel rythme l’apprenais-tu ? Et en combien de temps as-tu terminé sa mémorisation ?

Une année plus tard, je pense que c’est là que mon père a eu le déclic pour ma sœur et moi. Il voyait que nous avions des facilités. Il a commencé à augmenter petit à petit le rythme d’apprentissage.
Au départ, on apprenait une demi-page par jour. Ce programme était quotidien, il nous réveillait tous les matins avant d’aller à l’école, 1h avant. On lui récitait à lui ou à ma mère. Toujours avec la même méthode, le récitateur sur l’ordinateur et le Coran sous les yeux.

Entre temps, on a eu la chance de connaître une femme venue d’Egypte, pour résider en France durant un an. Elle dirige une grande école coranique en Égypte. Elle a participé à notre motivation en créant un petit groupe d’enfants à la mosquée, pour débuter l’apprentissage du Coran.

On était très souvent à la mosquée, et notre entourage n’était composé que de notre famille ou des personnes de la mosquée. Nos parents aussi ont un entourage principalement composé de fidèles de la mosquée.

Cette prof avait instauré une bonne ambiance, elle organisait fréquemment des fêtes quand on apprenait bien, ou quand mes sœurs ont mis le voile par exemple…

Mes parents ont donc contribué à construire ce lien fort avec la mosquée depuis notre plus jeune âge. C’était notre deuxième maison.

Après, mon père a commencé à accélérer notre programme, pour qu’on termine rapidement, on est passé à une page par jour.

Il ne se contentait pas de nous dire d’apprendre, il restait avec nous jusqu’à ce que l’on termine. Ensuite, ma mère se chargeait de valider nos pages.

On ne pouvait rien organiser, ni sorties, ni rien d’autre, tant que la page n’avait pas été apprise, peu importe les circonstances, même pendant les vacances.

Le week-end était consacré aux révisions.

Nous n’avions pas de Cheikh, ni de suivi à la mosquée. L’enseignante que nous avions connue à la mosquée, n’est pas restée très longtemps en France. Elle n’a pas beaucoup insisté dans l’apprentissage, mais elle a plus contribué à créer une ambiance autour du Coran à la mosquée.

Au bout de 2 ans et demi, j’ai pu grâce à Dieu clôturer sa mémorisation.

 

Commentaires :

La patience, la détermination et la persévérance des parents sont indispensables, ainsi que leur présence continue dans l’accompagnement de leurs enfants en associant les actes aux paroles. Aujourd’hui encore beaucoup trop de parents se limitent à des orientations verbales : “Apprends le Coran ! Révise ! Essaye de lire un peu ! ….” Sans vraiment prendre le temps de s’asseoir avec leurs enfants pour les accompagner et leur donner l’exemple au quotidien.

Lire, apprendre et réviser le Coran devant lui quotidiennement sera beaucoup plus productif que de lui rabâcher qu’il doit faire sa révision ou sa lecture.

On constate également l’importance de mettre l’enfant dans une ambiance plaisante et motivante, avec un environnement dans lequel les enfants autour de lui évoluent dans le même sens et sont tournés vers le Coran.

 

 

7) Comment te sentais-tu à ce moment ? N’était-ce pas trop lourd à porter pour un enfant de cet âge ?

A cet âge-là, à 10 ans, on ne se rend pas compte, ni de l’importance du Coran, ni de la responsabilité qu’on a dorénavant. Les adultes me regardaient avec des yeux ronds quand ils apprenaient que j’avais mémorisé le Coran en entier, mais moi je ne m’en rendais pas compte, je ne savais pas ce que cela représentait. Ce n’est donc pas lourd à porter, ce n’est pas difficile à accomplir.
Quand on est jeune, on est insouciant, on ne se préoccupe de rien. On assimile rapidement, on apprend rapidement et nos parents peuvent marchander avec nous avec des jouets ou des cadeaux, ce n’est pas compliqué. Je dirais même que c’est mieux d’apprendre jeune, car on n’est pas encore préoccupé par les responsabilités de l’âge adulte.

Alors que plus tard, pendant l’adolescence c’est plus compliqué, avec les fréquentations et autre, cela devient plus difficile.

Ce n’est pas difficile d’apprendre en soi, ce qui est difficile, c’est de garder un rythme, mais mon père s’était mis cet objectif en tête, et il n’a pas échoué.

 

 

8) Ton père a joué un grand rôle dans ta mémorisation du Coran. C’était un véritable travail d’équipe. Quel message as-tu envie de transmettre à tes parents et à ton père plus particulièrement ?

Sans la cause de mes parents, rien n’aurait été possible. Ils ont tous sacrifié pour que ma sœur et moi puissions apprendre.

Ils ont donné de leur temps, les allers-retours à la mosquée, nous aider à apprendre le matin et le soir, attendre avec nous le temps qu’on finisse d’apprendre si on ne l’avait pas fait le matin, en été, personne ne sortait tant que la page n’avait pas été apprise etc…ce n’était pas facile, mais ils ont donné le temps que le Coran nécessite.

Je ne les remercierai jamais assez, et rien de ce que je peux faire n’arrivera à la hauteur de ce qu’ils ont fait pour nous.

Mon père ne s’est pas contenté de vouloir nous donner une bonne éducation, il a lié l’acte à la parole. Il a essayé de nous donner le maximum d’outils pour qu’on puisse prendre le relai par la suite. Et pour ça, je ne le remercierai jamais assez …

Des bons parents actuellement, sont ceux qui offrent un téléphone dernier cri à leurs enfants, ou ceux qui leurs laissent une liberté sans fin.

Pour moi, ce sont ceux qui préparent leurs enfants le plus possible, à ce qui les attendent dans ce bas monde et dans l’au-delà.

J’ai de la chance par la grâce d’Allah d’avoir un père et une mère qui ont fait les bons choix.

 

 

9) Connaître le Coran demande de le réviser constamment pour ne pas l’oublier ? Tu es actuellement étudiant ? Arrives-tu à concilier études et révisions du Coran ?

C’est facile de concilier la révision et les études, une fois qu’on est lancé dans la révision, c’est toujours la même chose.

Il n’y a pas de secret, il faut donner du temps au Coran, pour espérer un résultat. Que ce soit le matin dans les transports, ou le soir dans son lit. On complique souvent les choses, alors qu’elles sont très simples.

 

 

10) Certains parents pensent que le Coran peut être un frein à l’épanouissement de l’enfant car trop prenant. Qu’en penses-tu ? Cela t’a t’il empêché de t’amuser ou de pratiquer un sport, par exemple, durant ton enfance ?

Lors de l’apprentissage, je faisais du Taekwondo, j’ai toujours aimé le sport, l’un n’a jamais empêché l’autre. Après, j’étais jeune donc je ne sortais pas jouer dehors tout seul, ça s’est sûr.
Je sortais de temps en temps avec mes parents, je m’amusais, mais il y a toujours des priorités.

 

 

11) L’objectif de cette interview est de motiver les parents ainsi que leurs enfants à faire du Coran un projet de vie en brisant certaines fausses croyances poussant à penser qu’un jeune enfant en France ne peut pas mémoriser le Coran dans sa totalité.

En entendant que tu as fini la mémorisation du Coran à 10 ans, on pourrait croire que tu as vécu quelques années de ton enfance dans une madrassah dans un pays musulman. Mais loin de là, et c’est ce qui est peut-être le plus surprenant, c’est que tu es un jeune comme les autres ayant grandi dans la région parisienne, ayant mené une scolarité classique dans le public ? C’est bien ça ?

Je suis tout ce qu’il y a de plus normal, j’ai eu une scolarité dans des écoles publiques, j’ai côtoyé des personnes de croyances différentes etc. C’est tout à fait possible de mémoriser le Coran dans sa totalité actuellement en France. J’ai donné mon expérience personnelle mais je suis très loin d’être le seul.
Actuellement, il suffit de se déplacer dans les concours de Coran pour voir tous les petits de 10-11  ans, qui grâce à Allah, ont pu clôturer sa mémorisation. Tout est une question de motivation et de détermination.

 

 

12) A ton âge le quotidien des jeunes est bercé par les réseaux sociaux, les séries, les jeux vidéo et les sorties. Toi en tant que jeune musulman, comment occupes-tu ton temps libre ?

 

Honnêtement je n’ai pas beaucoup de temps libre.

Actuellement ma licence me prend du temps, et je consacre mes week-ends à l’enseignement à la mosquée le matin, et à ma famille ou mes amis les après-midi. Ce rythme me convient parfaitement Al Hamdulillah.

Mais c’est vrai qu’il m’arrive de regarder un film quand j’ai un moment de libre.

Je ne joue plus aux jeux vidéo, mais j’avais une PlayStation, étant plus jeune. J’avais le droit d’y jouer le week-end, si j’avais bien appris dans la semaine et que mes devoirs étaient faits, et pendant les vacances.

Concernant les réseaux sociaux, ça ne m’intéresse pas trop. J’ai Snapchat pour échanger de temps en temps avec mes amis, mais rien de bien intéressant.

J’essaie de travailler mon arabe, à travers la lecture, pour que cela puisse m’aider dans le Coran et dans les autres sciences islamiques.

 

Commentaires :

Parmi les fruits d’une bonne éducation, le fait que l’enfant sache occuper son temps utilement et s’éloigne de lui-même des choses futiles telles que la télé, les jeux vidéo ou les réseaux sociaux. A tous les parents dont les enfants sont éprouvés par l’addiction aux écrans, la solution se trouve dans l’éducation, en leur faisant aimer depuis tout petit les choses qui leur sont utiles telles que le Coran, la lecture, le savoir, le fait d’aider les autres….

 

 

13) Penses-tu que le fait de connaître le Coran depuis ton plus jeune âge à orienter tes centres d’intérêts et t’as aidé à te préserver bi idni Allah de beaucoup maux dont souffre notre jeunesse aujourd’hui ?

Totalement ! Cela m’a orienté dans tous les domaines ! J’essaie tous les jours de m’améliorer, et encore plus parce que c’est une lourde responsabilité de porter la parole d’Allah.

Le problème actuel pour un jeune musulman est sa fréquentation. Grâce à Allah puis à l’éducation de mes parents, le fait qu’ils aient fait de la mosquée notre deuxième maison, tous mes amis proches sont comme moi. Ils ont aussi pu grâce à Allah mémoriser le Coran, certains plus jeune que d’autres.

J’en ai connu certains dans d’autres mosquées, via des concours.

Ce que je veux dire, c’est que l’éducation de nos parents va nous orienter dans notre vie en générale.

Suite à la mémorisation du Coran, il y a l’enseignement qui arrive, puis l’apprentissage des autres sciences (Fiqh, Hadith, etc…), on ne s’arrête jamais. Le savoir est un océan.

On a plus le temps pour les futilités. Mais il ne faut pas oublier qu’on est jeune et qu’on a besoin de se distraire de temps en temps.

 

Commentaires :

On voit ici l’importance des fréquentations et leur impact sur les choix de nos enfants. A nous de trouver à nos enfants des écoles et des activités dans lesquelles ils se feront des amis partageant les mêmes centre d’intérêts qu’eux. Si l’enfant acquiert ces bonnes habitudes, il s’éloignera de lui-même des mauvaises fréquentations car pas intéressé par leurs centres d’intérêts.  

 

 

14) Tu as actuellement 18 ans ?  Ou en es-tu dans ton étude du Coran ? (ijaza dans deux lectures (Hafs et Chou’ba).

Après avoir fini de mémoriser le Coran, j’ai entamé ensuite ma première révision avec mon père. Ce fut l’étape la plus difficile, mais Al Hamdulillah, cela s’est bien passé.

J’ai ensuite eu la chance de rencontrer mon cheikh actuel à l’âge de 13 ans. Il a testé ma révision, et il m’a parlé de l’Ijaza, chose que je ne connaissais pas. Je l’ai donc débutée avec lui, pour finir 3 ans plus tard à 16 ans Al Hamdulillah.

L’année d’après, j’ai terminé la lecture selon la version de Chu’ba avec lui grâce à Dieu, et cette année je fais la version de Warsh avec un autre cheikh, qui est aussi l’Imam de la mosquée de ma ville.

 

 

15) Tu es donc en mesure d’enseigner le Coran ?

Oui, j’enseigne actuellement à la mosquée de ma ville.

 

 

16) Combien de fois par semaine et à quel public enseignes tu le Coran ?

J’enseigne le samedi et le dimanche de la prière de el fajr jusqu’à 10h (un groupe d’hommes), ensuite un groupe d’enfant jusqu’à 12h. Le dimanche après-midi, j’aide souvent mon cheikh dans une autre mosquée.

 

 

17) Quels sont tes objectifs et tes projets pour les années à venir ?

J’aimerais continuer à mémoriser les différentes lectures du Coran incha Allah. C’est dans la continuité de ce que je fais déjà.

J’aimerais vraiment bien maîtriser la langue arabe, qui est une langue riche et nécessaire pour comprendre le Coran. J’aimerais aussi approfondir mes connaissances dans les autres sciences islamiques.

Et bien sûr à côté, terminer mes études, me marier et fonder une famille si Allah me le permet.

 

 

18) Ça fait vraiment plaisir de voir un jeune musulman avec une telle maturité et actif depuis le plus jeune âge dans la réforme de la communauté. Peux-tu nous donner un conseil pour les parents qui nous lisent et qui espèrent voir leur enfant établir une relation forte avec le Livre d’Allah ?

Si je devais faire faire passer un message aux parents, je leur dirais de bien réfléchir à ce qu’ils attendent de leur enfant, ou ce qu’ils souhaitent le voir devenir.

Le principal souhait d’un parent est d’avoir un enfant pieux, mais pour cela, il faut sacrifier du temps.

Il faut de la motivation et de la détermination.

C’est votre vie qui s’adapte à l’Islam et non l’inverse.

C’est comme quand on plante une graine, qu’on en prend soin, on l’arrose, on s’assure qu’elle soit exposé au soleil, et un beau jour, on admire le résultat. Je dirais que c’est le cas pour l’éducation d’un enfant. Comme dit mon Cheikh, « l’enfant au départ, c’est une page blanche puis on écrit ».

Il faut faire aimer le livre d’Allah à son enfant. Honnêtement, j’ai appris à l’aimer en grandissant, en mûrissant et en comprenant son importance. Mais il est vrai qu’à 7 ans on ne comprend pas trop.

Alors je dirais que le dialogue est primordial. A travers des activités, des jeux, etc.

 

 

19) As-tu un conseil à donner aux enfants et aux jeunes qui très souvent ont des centres d’intérêts loin du Coran ou qui vont au cours de Coran à contrecœur, car ils ne réalisent pas la chance qu’ils ont de pouvoir l’apprendre ?

C’est vrai que c’est une chance d’avoir des enseignants à disposition, des mosquées, des personnes qui œuvrent pour Allah et qui sont là pour nous, pour qu’on puisse apprendre.

Et ce n’est pas évident pour tout le monde d’en prendre conscience. C’est pour ça, qu’il faut se poser la question, pourquoi faisons-nous cela ? Qui est Allah ? Pourquoi le Coran ? Qui est notre Prophète Mohammad (Paix et Salut sur Lui) ? Pourquoi nous a-t-il été envoyé ? Etc…

Cela nous aide à comprendre l’objectif de notre existence et à trouver la motivation et la détermination.

 

Baraka Allah fik pour cette interview très enrichissante. Qu’Allah te préserve, fasse de toi un exemple pour nos jeunes et te permette d’œuvrer tout au long de ta vie dans le sentier d’Allah.

(Propos recueillis par Mohamed Abou Ibrahim).

16 Commentaires

  1. Celena Hadjar

    Salam aleykoum, un magnifique témoignage pour bien débuter la journée al hamdoulillah. Qu’Allah nous facilite l apprentissage du Coran ainsi qu’à nos enfants. Qu’Allah préserve ce garçon ainsi que sa famille

    Réponse
  2. Oum Adem

    Salam Alaykoum
    Macha allah Pour cette interview très riche en conseils et enseignements
    Incha allah je vais essayer de mettre en pratique les conseils de cet article avec l’aide d’Allah

    Qu’Allah te protège Ahmed et fasse de nos enfants des pieux et des Hafiz el Quran

    Barakallahou fik oum

    Réponse
    • Madrass'Animée

      Alaykoum salam!! Amin , oui tirons en des routines à mettre en place pour atteindre ces objectifs aussi inchaAllah!Merci pour ton commentaire

      Réponse
  3. Kossentini

    Jazaka allahou khairan Cheikh Ahmad

    Réponse
  4. Samira

    Salam aleykom,
    Merci à vous pour ce partage et ce rapppel, par la grâce d’Allah.

    Réponse
  5. Oumi Wa binti

    Allahoumma barik Baarak’Allah ou fikoum pour ce partage qu’Allah azza Wa jal permette à tous les enfants l’apprentissage du coran dès leur plus jeune âge !

    Réponse
    • Madrass'Animée

      Wa fikilbaraka okthy! Aminnnn!! Oui ce serait un immense cadeau ))

      Réponse
  6. Janneh

    As salamou aleykoum warahmatullahi wabarakatouh Quel beau cadeau quel beau cadeau! Pour les personnes qui souhaitent éduquer leur enfants dans cette voie et pour nous même d’ailleurs jazakaLlahou Kheir! Et qu’Allah vous préserve nous accorde sincérité et nous facilite tous!

    Réponse
    • Madrass'Animée

      Alaykoum salma wa rahmatullahi wa barakatuh! Oui l’un des plus beaux que puisse nous offrir un enfant! AMin ajma3in !

      Réponse
  7. Najet Oum Imrane

    As salamou Alaykoum wa RahmatouLlah,
    Baaraka Llahou fiikoum pour cet interview qui est un véritable booster. Nous sommes également parents investis dans la mémorisation du Qur’an auprès de nos enfants et c’est un challenge quotidien de les amener à apprendre et réviser tant la motivation est irrégulière. Ce témoignage me donne l’envie de persister et de rester déterminée face à nos objectifs à long terme.
    Un grand merci pour tout.
    Qu’Allah azzawajjel nous facilite à tous l’apprentissage du Qur’an ainsi que l’éducation de nos enfants. Aamiine

    Réponse
    • Madrass'Animée

      Alaykoum salam wa rahmatuLLAH wa barakatuh!
      Une bonne dose de motivation ,c est tout a fait cela! Qu’Allah te facilite okthy ! Et n’hésite pas à aller jeter un oeil sur notre article qui offre quelques pistes pour motiver son enfant dans l’apprentissage .

      Réponse
  8. Oum soulayman

    Salam alaykoum wa rahmatoulah wa barakatouh qu’ Allah vous récompense et récompense Ahmed pour ce temoignage touchant. Ce témoignage ma mis les larmes aux yeux. Qu’ Allah Azzawajal nous facilite l éducation de nos enfants et nous permet d acquérir la sience utile et le plus bénéfique.
    Salam alaykoum wa rahmatoulah wa barakatouh

    Réponse
    • Madrass'Animée

      Alaykoum salam wa rahmatuLLAHi wa barakatuh, aminnnn ! Oui c’est un bel hommage que rend ce jeune homme à ces parents Allahibarek ))

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

i

Blog

 

Découvrez nos articles

Des livres pour s’enrichir: Nos meilleurs titres

Des livres pour s’enrichir: Nos meilleurs titres

Des livres pour s'enrichir Dans cet article : « Comment faire de mon enfant un mangeur de livres » nous vous exposions les avantages que l’on tire d’une lecture régulière faites à nos enfants. Nous vous partagions aussi quelques astuces incontournables pour la leur...

Le Coran? Trop dur pour mon enfant

Le Coran? Trop dur pour mon enfant

Le Coran? Trop dur pour mon enfant…                         2 points simples à se remémorer pour les jours ou tu désespères de voir ton enfant mémoriser le Coran... Quand je vous ai demandé en story Insta si...

Lettre à Abi…

Lettre à Abi…

Lettre à Abi… Assalam alaikoum mon Abi chéri,   Aujourd'hui je t'écris pour t’exprimer toute ma reconnaissance.   Car en ta compagnie, j’ai passé d’excellentes vacances.   Ensemble, nous avons voyagé, nous nous sommes amusés, et j'ai appris plein de...

Cet été mes vacances ont un goût de piété

Cet été mes vacances ont un goût de piété

Cet été mes vacances ont un goût de piété Le terme « vacances » rime pour beaucoup avec voyage, resto, détente, dépenses excessives, perte de temps, négligence…. Se détendre est quelque chose d’important dans notre religion afin de pouvoir rester constant dans...

FAMILLES qui nous font confiance

pabi kids

Articles

Darsanimés

Restons en contact !

 

Suivez-nous

FAMILLES qui nous font confiance

pabi kids

Articles

Darsanimés

Restons en contact !

 

Suivez-nous

FAMILLES qui nous font confiance

Articles

pabi kids

Darsanimés

Restons en contact !

 

Suivez-nous

Partages

Votre cadeau!

Notre Guide GRATUIT de 60 pages pour une Parentalité  au TOP en 3 étapes IN-DIS-PEN-SABLES!!

"J'éduque mon enfant dans la bienveillance de l'Islam"  

Modèle Prophétique-Neurosciences-Mise en pratique

Votre cadeau vous attend! BarakAllahoufikoum!